Quête de vision, La Grande Courbe, Fresnay sur Sarthe, Septembre 2008.

Ces trois jours et deux nuits ont marqué ma vie mais n’ont pas été qu’une partie de plaisir, pourquoi ?

Nous avons commencé le vendredi par une loge à sudation qui s’est bien passée. Je commence à mieux me connaître et à mieux gérer mes sensations à l’intérieur et du coup je supporte plus facilement l’extrême chaleur de la vapeur dégagée par les pierres brûlantes.

Ensuite on ne parle plus, je suis accompagné jusqu’à mon « spot », lieu de méditation éloigné du camp dans un endroit retiré. Je vais rester là jusqu’au dimanche matin sans boire ni manger.

la nuit de vendredi à samedi a été extrêmement pénible. Il a gelé et je ne savais plus comment lutter contre le froid. J’ai failli craquer. glacé jusqu’aux os. Ce qui m’a permis de tenir fut les 4 chants de Jerry au cours de la nuit, à 22h, minuit, 3h et 5h.

Le tambour, le feu qui brûle au loin au sein du camp rassurent.

Quand le ciel a commencé à s’éclairer à l’est, je me suis mis debout à attendre le lever du soleil. ce fut un moment magnifique. La journée de samedi fut très belle, grand ciel bleu, le soleil a réchauffé ma carcasse.

Mais j’ai douté toute la journée.

La visite de mon accompagnant, Francis, qui m’a fait un signe de la main m’a réchauffé le cœur.

Quand le soleil a commencé à décliner en fin de journée l’angoisse est montée : vais je pouvoir supporter une seconde nuit aussi froide ?

Au soleil couchant, Jerry a fait le tour des spots et a fait un signe de la main en disant « à demain ». Et curieusement l’angoisse s’est envolée. C’était évident que j’allais rester la nuit et ce fut une nuit presque « confortable ».

A 22h au premier chant je me suis levé et j’ai entendu dans mon dos le bruit d’un animal, j’ai d’abord cru à un mouton, puis j’ai entendu un souffle puissant et un grognement rauque ??? un bison ?

je me retourne, j’ai regardé dans la nuit étoilée, très claire, mais rien ne bouge, est-ce une hallucination ?

Je me recouche. j’entends les trois autres chants. Puis vient le second matin.

Le soleil s’élève derrière un mince filet de nuages et vers le nord je vois un deuxième soleil comme un reflet mais celui-ci, comme un arc en ciel, est décomposé en 4 couleurs : le bleu foncé à droite vers l’est, puis dans l’ordre vers la gauche, le rouge, le jaune et le blanc prolongé par la queue du nuage.

bleu foncé = ouest, rouge = nord, jaune = est, blanc = sud

Je suis serein, tout va bien, je n’ai ni faim ni soif bizarrement.

Francis, accompagné d‘une autre personne, vient me chercher vers 9h et j’ai un entretien avec Jerry pour décrypter les expériences vécues.

Il me dit que l’animal que j’ai cru entendre c’était l’esprit de l’ours. Il ajoute que c’est assez courant dans une quête ?

quand aux couleurs c’est l’esprit des 4 grand-pères des 4 directions qui étaient en protection.

Tout ça paraît bien énigmatique, pour moi également, et pourtant je l’ai bien vécu.

Rassurez vous, je ne suis pas devenu un saint homme.

Juste peut-être un peu plus ouvert sur le monde et sur les autres, un peu plus sage en somme.

Je compte donc poursuivre la « Route Rouge » et y associer par la pensée les gens que j’aime et les autres…

Gilles

_______________________

Cette confrontation avec le réel nous entrainent sur le chemin de la vrai liberté (la Piste Rouge), loin de l’illusion de

liberté dans laquelle nous oblige a vivre la prétendue civilisation.

Jerry en maître de Cérémonie a prié pour tous, nos coeurs ont battus aux sons du Tambour, nous avons eu l’immense

honneur de fumer la Chanupa autour du Feu pendant les Cérémonies nocturnes.

Ces moments resteront à jamais gravés en moi, et en appeleront d’autres sur la Piste Rouge.

J’ai eu un énorme plaisir a participer a ce rassemblement et surtout a être l’accompagnant de Gilles dans sa Quête de Vision à la Grande Courbe.

Francis